Search & Find
Accueil
Accueil   >   Fonctionnements discursifs et traduction   >   Projets   >   Projets en cours   >   Représentations discursives de variétés orales à l'écrit dans le texte littéraire de l'espace anglophone

REPRESENTATIONS

Description du projet

Représentations discursives de variétés orales à l'écrit dans le texte littéraire de l'espace anglophone

Les relations entre oral et écrit loin d’être séparées par une frontière étanche seront appréhendées dans le projet « Représentations discursives de variétés orales à l’écrit dans le texte littéraire de l’espace anglophone » en ce qu’elles marquent une tension entre mimesis ou tendance au réalisme linguistique et marquage de la créativité linguistique de l’ordre du diaphasique. L’objectif sera de théoriser les stratégies discursives mises en œuvre à l’écrit afin de représenter différentes variétés d’oral au plan diatopique (géographique) comme aux plans diastratique (collectif d’ordre social) et diachronique. Il s’agira d’analyser les traces de l’oral à l’écrit et de chercher à identifier des systèmes de représentation(s) dans différents contextes, à reconnaître des points de divergence et de convergence de part l’espace anglophone et au cours du temps. L’oral à l’écrit permet de développer une problématique de l’identitaire abordée dans le rapport entre langue comme marqueur d’identité(s) et langue comme producteur d’identité(s). Les traces de l’oral à l’écrit s’inscrivent dans un équilibre entre fidélité et mémoire et altérité et évolution. L’identité de l’oral à l’écrit se trouve dans une construction symbolique : il s’agira d’examiner les choix discursifs afin de saisir ce qui relève de l’identité culturelle orale à l’écrit. La langue littéraire fera l’objet d’une caractérisation dans ce qu’elle a de variable : nous analyserons les variétés orales d’anglais à l’écrit en rapport avec la réalité sociolinguistique et en fonction des normes du texte littéraire. Les marques distinctives lexicales, phonétiques, morphologiques, syntaxiques seront appréhendées par le prisme de la transformation de l’oral et de son « intégration » à l’écrit. Ces « écarts oraux » dans le discours littéraire ont une valeur idéologique que le projet interrogera. La comparaison entre diverses époques et diverses sphères géographiques permettra de dégager des variantes et des constantes.

        Ainsi, nous répondrons à diverses questions de recherche :

  • Quelles procédures sont-elles mises en œuvre pour le transcodage oral – écrit ?
  • Quels paramètres diachroniques, géographiques, sociaux faut-il prendre en considération pour expliquer le transcodage oral – écrit ?
  • Comment caractériser la tension entre « oral à l’écrit comme transgression » et « oral à l’écrit comme manifestation d’un ancrage socio-historique et d’un ancrage dans le quotidien ? »
  • A quoi reconnaît-on le fantôme de la langue écrite standard ?
  • Quelle corrélation établir entre variétés orales d’anglais à l’écrit et thèmes du discours ?
  • Désarticulation de la langue entre oral et écrit et désarticulation de la narration : quel lien peut-on établir ?
  • Écrire dans une variété orale marquée et être compris du lectorat visé, quel dilemme ?
  • Encadrement ou signalement de l’oral dans l’écrit : absence de signalisation, guillemets, italiques, glossaire, notes… Quelles stratégies et quels effets produits ?

            Les variétés orales à l’écrit obéissent à des compromis identifiables : la transcription est souvent régie par les mêmes critères. Ces variétés orales à l’écrit sont des variations de dialectes et de sociolectes qui ont un ancrage dans la réalité extratextuelle et qui sont tout à la fois des représentations de stéréotypes. Les acteurs du projet auront pour objectif de caractériser différents types dialectaux et sociolectaux à l’écrit et de comparer des transcriptions d’une même variété par différents auteurs. Les variétés orales représentées en littérature symbolisent les caractéristiques linguistiques qu’elles mettent en exergue.

            Nous procéderons à la numérisation de textes ou de chapitres représentatifs de ceux-ci. Après avoir identifié les marqueurs les plus récurrents et les plus représentatifs de la variété considérée, nous procéderons à une analyse quantitative de ceux-ci grâce à des concordanciers informatisés (comme AntConc). Par marqueurs, nous entendons : le choix de mots lexicaux, les indices grammaticaux et morphosyntaxiques comme les temps, aspects, les accords, les déterminants nominaux, les variables phonologiques et orthographiques, les contractions, les mots élidés, les créations lexicales, les emprunts, les réduplications… Le repérage assisté par ordinateur nous permettra ensuite de retourner vers le texte afin de procéder à une analyse qualitative fine de certains passages. Nous ne perdrons pas de vue l’analyse discursive-énonciative et l’importance de la prise en compte du co-texte large, de l’instance d’énonciation. Si la réalité sociolinguistique sous-tend la représentation des variétés dans les textes littéraires, il conviendra d’identifier et d’analyser les tendances stéréotypiques, les tendances simplificatrices ou bien encore les tendances à l’exagération. Afin de matérialiser à l’écrit une variété de langue orale, le discours littéraire tend à créer de nouvelles normes.

            Dans une phase plus avancée, voire ultime, du projet, nous envisagerons de mettre au regard certains segments ou passages des textes originaux (sources) et de leur traduction (cibles). Le choix des passages en question dépendra des résultats obtenus dans l’analyse monolingue. A ce stade de la recherche, nous aurons recours à des concordanciers bilingues (comme ParaConc). Notre recherche sera guidée par des questions de fond :

  • Comment négocie-t-on le rapport oral - écrit  dans les traductions, en sachant que les variétés orales marquées n’ont pas nécessairement « d’équivalents » dans la sphère géographique et culturelle de la langue cible ?
  • Quelles représentations favorise-t-on dans la traduction de la variété de l’oral à l’écrit ?
  • Explicitation, simplification, neutralisation ou relocalisation sont-elles corrélées à certaines variétés, à certaines époques ?

Toute traduction implique une recontextualisation : le rôle du traducteur est particulièrement malaisé lorsqu’il s’agit de traduire des variétés de langue orale à l’écrit ? Quels choix opérés ?

Participants

Projet : PAULIN Catherine

Participeront au projet : Anne BANDRY, PR UDS, EA 2325 SEARCH – Savoirs dans l’Espace Anglophone, Représentations, Culture, Histoire; Manuel JOBERT, PR Université de Lyon 3, CREA, Paris 10 ; Paul SIMPSON, Queen’s University, Belfast, Research Center in English Language and Linguistics ; Sandrine SORLIN, MCF HDR, Université de Montpellier, EA 741 EMMA – Études Montpelliéraines du Monde Anglophone

Bibliographie

AHMAD, Dora (ed) (2007).  Rotten English, New York: W.W. Norton & Company.

AITCHISON, Jean (2001). Language Change: Progress or Decay?, 3rd edition, Cambridge: Cambridge University Press.

AUROUX, Sylvain, CHEVALIER, J-C. , JACQUES-CHAQUIN, N., MARCHELLA-NIZIA, C. (1985). La linguistique fantastique, Paris: Joseph Clims, 1985.

BAUER, Laurie (2001). Morphological productivity, Cambridge: Cambridge University Press.

BENVENISTE, Émile (1966).  Problèmes de linguistique générale I, Paris: Gallimard.

BENVENISTE, Émile (1974). Problèmes de linguistique générale II, Paris: Gallimard.

BLAKE, N.F. (1981). Non-standard Language in English Literature, London: Blackwell Publishers.

BLANCHE-BENVENISTE, Claire (2000). Approches de la langue parlée en français, Paris : Ophrys.

Butler, Judith (1997) 2004 pour la traduction française. Le Pouvoir des mots – politique du performatif, traduit de l’anglais par Charlotte Nordmann, Paris, Éditions Amsterdam.

CALVET, Louis-Jean (1999). L’argot, Paris : PUF « Que sais-je ? ».

Calvet, Louis Jean (1974). Linguistique et colonialisme, petit traité de glottophagie, Payot, Paris.

CARTER, Ronald & SIMPSON, Paul (1982). « The Sociolinguistic Analysis of Narrative » in Belfast Working Papers in Langauge and Linguistics 6, p. 123-152.

CARTER, Ronald & SIMPSON, Paul (1989). Language, Discourse and Literature : A Reader in Discourse Stylistics, Unwin Hyman.

CROFT, William (2000). Explaining Language Change : An Evolutionary approach, London : Longman.

CRYSTAL, David (2004). The Stories of English, New York : Overlook.

DE FINA, Anna & GEORGAKOPOULOU, Alexandra (2012). Analyzing Narrative. Discourse and Sociolinguistic Perspectives, Cambridge: Cambridge University Press

HOLM,John, (1991) [1988]. Pidgins and Creoles, Volume I, Theory and Structure, Cambridge: Cambridge University Press.

HOLM, John (1989). Pidgins and Creole, Volume II, Reference Survey, Cambridge: Cambridge University Press.

Jeandillou, Jean-François (2009) (55-67). « Écrire en langue imitative » in Modèles linguistiques, Tome XXXI, vol. 60, L’écriture mimétique I.

JOBERT, Manuel (éd) (2009). Lexicologie et stylistique / Lexicology and Stylistics, Lexis n°5, E-Journal in English Lexicology, septembre 2010.

JOBERT, Manuel (2009). Lexicology and Phonology, Lexis Special 1, E-Journal in English Lexicology, septembre 2009.

JOBERT, Manuel (2009). « Graphie, phonie et encodage dialectal : le Cockney de Somerset Maugham dans Liza of Lambeth », Lexis n°1,  Lexicology and Phonology/ Lexicologie et phonologie, http://lexis.univ-lyon3.fr/IMG/pdf/Lexis_special_1_Jobert.pdf

JONES, Gavin (1999). Strange Talk : The Politics of Dialect Literature in Gilded Age America, University of California Press.

JOSEPH, John E (2004). Language and Identity : Natioanl, Ethnic, Religious, Hampshire & New York : Palgrave Macmillan.

Lecercle, Jean-Jacques (1990). The Violence of Language, London, Routledge.

LECERCLE, Jean-Jacques (1999). Interpretation as Pragmatics, New York, St. Martin’s Press.

Lecercle, Jean-Jacques et Ronald Shusterman (2002). L’Emprise des signes – Débat sur l’expérience littéraire, Paris, Éditions du Seuil.

LECERCLE, Jean-Jacques (2004). Une Philosophie marxiste du langage, Paris, Actuel Marx Confrontation, Presses Universitaires de France.

LECERCLE, Jean-Jacques (2009) (37-48). « Hybridation linguistique ou agôn langagier : le rôle de la littérature dite postcoloniale » in Héliane Ventura (éd.), Hybridation, multiculturalisme, postcolonialisme, Orléans, Presses Universitaires.

LECERCLE, Jean-Jacques (2010). “L’artifice fait rire, à moins qu’il ne fasse pleurer”, Sillags critiques, 10 / 2010, [En ligne], http://sillagescritiques.revues.org/index1766.html. Consulté le 12/07/2012.

Lock, Charles (2002) (1-10). « Amos Tutuola and Ken Saro Wiwa: A Heritage of Rotten English », Kiabara : Journal of Humanities, volume 8, Number 1.

MESTHRIE Rajend and BHATT Rakesh M. (2010) [2008]. World Englishes. The Study of New Linguistic Varieties, Cambridge: Cambridge University Press.

NIEN-MING CH’IEN, Evelyn (2004) Weird English, Cambridge Massachussets: Harvard University Press

Paulin, Catherine (2008) (69-81). « Effets d’oralité à l’écrit dans un corpus de littérature africaine », in Étrange / Étranger, Études de linguistique anglaise, Geneviève Girard (éd), CIEREC, Travaux 137, Publications de l’Université de Saint-Etienne.

Rabatel, Alain (2006) (55-77). « La lecture comme activité de construction intersubjective du soi à travers l’approche interactionnelle du style », Lidil 33.

Rabatel, Alain (2007) (15-34). « La dialectique du singulier et du social dans les processus de singularisation : style(s), idiolecte, ethos », Pratiques n° 135/136, décembre 2007.

Rinzler, Simone (2005) (87-108). « Textes, contextes, hors-textes dans Sozaboy, a novel in rotten English de Ken Saro-Wiwa : pour une linguistique encyclopédique postcoloniale, Bulletin de la Société de Stylistique Anglaise, n°26.

ROMAINE, Suzanne (2000). Language in Society : An Introduction to Sociolinguistics, 2nd edition, Oxford : Oxford University Press.

Schmied, Joseph (1991). English in Africa. An introduction, London and New york, Longman.

Shnukal, Anna and Lynell Marchese (1983) (17-26) : « Creolization of Nigerian Pidgin English: a progress report. » English World-wide 4.

SHOPEN, Timothy & J-M. WILLIAMS (eds) (1981). Style and variables in English, Cambridge Mass. : Winthrop Publishers.

SIMPSON, Paul (2012) : « Twenty Years of Language and Literature : A Refelction », in Language and Literature 21, p. 12-17.

Sorlin, Sandrine (2010). La défamiliarisation linguistique dans le roman anglais contemporain, Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée.

SORLIN, Sandrine (2010) (85-93). « ‘Inventedness’ and Inventiveness : for a Postmodern Linguistics », in Sandrine Sorlin (ed), Inventive Linguistics, Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée.

SOUNGOUA, Jean-Marie (2010). Guerre et survie chez Cyprian Ekwensi et Ken Saro Wiva, Thèse de doctorat, Université de Paris-Est et Université Marien Ngouabi.

RICOEUR, Paul (1990). Soi-même comme un autre, Paris: Éditions du Seuil.

TANNEN, Deborah (1989) Talking Voices: Repetition, dialogue,, and imagery in conversational discourse, Cambridge, Cambridge University Press.

SCHMIED, Joseph (1991). English in Africa. An Introduction, Harlow, Essex: Longman.

TODD, Loreto (1990). Pidgins and Creoles. New Edition, London: Routledge

TRUDGILL, Peter (1990). The Dialects of England, Cambridge, Mass.: Basic Blackwell.

WELLS, J-C (1990) [1982]. Accents of English 3. Beyond the British Isles, Cambridge: Cambridge University Press.

YAGUELLO, Marina (1970). Les Fous du langage. Des langues imaginaires et de leurs inventeurs, Paris: Éditions du Seuil.

Investissements Avenir
Université de Strasbourg

Flux RSS

Du 6 septembre 2017 au 31 décembre 2017
Du 9 novembre 2017 au 10 novembre 2017
Strasbourg

Flux RSS

avril 7 2017

Interview de Julie Glikman sur recherche.unistra.fr